FR
 
Menu

Déclaration du patron de Syngenta : les organisations de la société civile réagissent

Face à la déclaration du patron de Syngenta qui appelle à abandonner l'agriculture biologique, les organisations de la société civile ont réagi lors de la COP15 de la CNULCD.

Les organisations de la société civile (OSC) ont décidé de ne pas laisser passer cette déclaration du patron de Syngenta, qui appelle à abandonner l'agriculture biologique. Ainsi, lors du comité plénier sur l'implication du secteur privé dans la lutte contre la désertification, Bernard Terris, de l'ONG Danaya, également membre du ReSad, a lu une déclaration au nom des OSC.

Il est revenu sur l’importance du respect par le secteur privé des valeurs qui animent les OSC. Voici les éléments de cette déclaration:

  • Si l’agroécologie n'est pas la seule solution pour la santé de la terre, la santé des populations et l’impact positif sur le climat, elle est certainement celle qui offre le plus de potentiel pour l'atteindre.
  • Il existe certaines réserves, voire remise en cause de l’approche agroécologique notamment par des compagnies qui promeuvent les produits agrochimiques pour servir leur intérêt, justifiant cela par les crises alimentaires en cours actuellement ;
  • Nous [la société civile] comprenons que ces compagnies mettent en avant la profitabilité en prenant prétexte de ces crises alimentaires pour pousser la vente de leurs produits (OGM, engrais et pesticides chimiques, …), alors que les crises elles-mêmes sont le reflet de leur échec ;
  • Le monde produit assez de nourriture, mais elle n est pas suffisamment répartie dans les populations, et de plus, il est estimé que 30% de la nourriture est gâchée ;
  • Le rapport de Schutter (rapporteur de l'ONU sur le droit a l alimentation) de 2011 prouve que l'agroécologie est la solution la plus appropriée  pour nourrir l'humanité à l'horizon 2050 ;
  • L'action commune de Koronivia pour l'agriculture a reconnu la pertinence de l approche systémique de l'agriculture et de l'élevage pour contrer les changements climatiques, ainsi que pour la sécurité alimentaire. Selon le principe de cohérence  des 3 Conventions de Rio, nous soutenons la nécessité de poursuivre les efforts et acter l'agroécologie comme une solution pour atteindre les objectifs de l'UNCCD ;
  • Il est désormais largement et scientifiquement reconnu que l agroécologie est une bonne approche ayant fait ses preuves pour la lutte contre la dégradation des terres, ainsi que pour sa restauration ;
  • L'agroécologie se base également sur les savoir-faire traditionnels, et promeut la durabilité plutôt que le seul profit. Et peut contribuer par ailleurs à une durabilité profitable et équitable pour tous ;
  • Il est donc particulièrement insensé et donc inadmissible que certains observateurs à la Convention suggèrent un retour en arrière avec des pratiques dont il est établi qu'elles épuisent et dégradent nos sols.

Nous, OSC, considérons que :

  • Nous devons soutenir la valeur du travail des paysans ;
  • Nous devons reconnaitre le rôle central des femmes dans la production alimentaire ;
  • Nous devons relocaliser les systèmes de production et de consommation alimentaire ;
  • Nous demandons aux Parties d'adopter des décisions pour soutenir l'agroécologie ;
  • Nous voulons vivre en harmonie avec la nature : LA NOURRITURE POUR LES PEUPLES, ET PAS POUR LEURS PROFITS!
cookies information

Cookies ensure the proper functioning of our website. In continue browsing this site, you agree to our use of cookies.